Prix de la Fondation Medisite : présentation des lauréats 2018

IMG_8960 13

Pour sa troisième édition, la Fondation Medisite, sous l’égide de la Fondation de France, est fière de décerner à Jessica Dubois, Stéphane Vinit et leur équipe respective les prix de la Recherche en Neurosciences 2018.
Découvrez leur projet.

JessicaDubois Prix de la Recherche Clinique : « Imagerie des phénotypes neurodéveloppementaux » de l’équipe de recherche inDev, projet présenté par Jessica Dubois.

L’équipe inDev, regroupant des chercheurs scientifiques et cliniques, est l’une des équipes de l’Unité Inserm NeuroDiderot (au sein de l’Hôpital Robert Debré, Paris, et du centre NeuroSpin, CEA Saclay) co-dirigée depuis janvier 2019 par Lucie Hertz-Pannier (MD, PhD, DR, CEA) et Jessica Dubois (PhD, CR Inserm)

Pouvez-vous nous expliquer l’objectif de vos recherches ?

Nous cherchons à comprendre comment se développe le cerveau depuis la grossesse jusqu’à la fin de l’adolescence pour appréhender différents troubles du neurodéveloppement. Seule l’exploration du cerveau de nourrissons permet d’étudier les mécanismes précoces du développement psychomoteur qui peuvent être perturbés par de nombreux facteurs, comme une naissance prématurée. Notre approche multimodale d’étude du bébé et de l’enfant, combinant des marqueurs comportementaux, cliniques et cérébraux, vise non seulement à adapter les techniques de neuroimagerie non invasives (IRM, EEG) destinées jusqu’à présent aux adultes, mais également à identifier des signes précoces de troubles ultérieurs. L’objectif d’un de nos projets est de caractériser comment le réseau cérébral sensorimoteur se spécialise progressivement pour les différentes parties du corps et devient mature en fonction des perceptions et expériences du bébé.

Abouties, quels seront les impacts de vos recherches sur la médecine ?

Ces travaux vont permettre de proposer des projets de recherche originaux sur le neurodéveloppement et ses troubles dans différentes pathologies de l’enfant, mais aussi d’identifier des marqueurs cérébraux précoces à visée diagnostique et pronostique. Ces derniers, utilisés dès la naissance, devraient permettre de mettre en place, le plus tôt possible, des stratégies dédiées pour remédier aux troubles constatés ou à venir, en profitant de cette période d’intense neuroplasticité que constituent les premiers mois. Une fois les recherches menées sur plusieurs groupes de sujets, les résultats classifiés, les médecins pourront disposer d’outils performants et novateurs.

A quelle fin utiliserez-vous la dotation du prix Medisite ?

Elle sera consacrée au versant recherche de la nouvelle plateforme en neuroimagerie humaine pédiatrique de l’hôpital Robert Debré sur laquelle sont menés les projets. Nous pourrons investir dans de nouveaux équipements servant à mettre en place des protocoles de recherche clinique et fondamentale: disques de mémoire conséquente pour stocker, sauvegarder et archiver les données IRM et EEG; matériel informatique; filets EGI® pour système EEG adaptés aux périmètres crâniens des nourrissons jusqu’à 6 mois. L’enveloppe sera également utilisée pour l’achat d’un casque de protection auditive, du matériel de délivrance de stimulations tactiles et un système de caméras enregistrant le comportement des très jeunes sujets pendant les examens.


 

Vinit

Prix de la Recherche Fondamentale : « Effet de la stimulation magnétique répétitive sur la reconnexion des voies fonctionnelles motrices dans des lésions neurologiques traumatiques » présenté par Stéphane Vinit, responsable du projet.

Maître de conférence de l’Université de Versailles St-Quentin-en-Yvelines, Stéphane Vinit (Phd, HDR) est responsable du projet mené par l’équipe 3 de l’unité End:icap Inserm U1179, UFR des Sciences de la Santé Simone Veil.

En quoi consiste votre travail de recherche ? 

Accident de la voie publique, traumatisme balistique, nombre de patients jeunes souffrent d’un handicap consécutif à une lésion médullaire ou d’une section nerveuse sans bénéficier de réel traitement thérapeutique.

Dans le cadre de nos recherches de nouvelles techniques non invasives et indolores pour traiter ces patients souffrant de lésions neurologiques traumatiques, nous proposons de tester l’effet de la stimulation magnétique répétée à haute fréquence (rMS) sur la régénération axonale des voies fonctionnelles motrices. Pour ce, nous travaillerons sur deux modèles de lésions neurologiques traumatiques chez le rat: médullaire cervicale haute et nerf sciatique. Forts de précédentes études démontrant l’intérêt  (et les limites) des stimulations électriques répétées pour le retour à une légère fonctionnalité, de l’apport technique du docteur Michel Petitjean et de notre essai concluant à l’existence d’une neuromodulation des voies respiratoires par rMS après traumatisme cervical, nous espérons pouvoir permettre une restauration fonctionnelle de l’activité nerveuse perdue de ces patients souffrant de déficit moteur. A l’issu de nos travaux, notre affiliation à l’institut HandiMedEx nous permettra de réaliser une étude clinique adaptée à l’homme et de mesurer l’amélioration des amplitudes motrices de muscles déafférentés.

Vous évoquez des patients jeunes, la neuromodulation pourrait-elle servir des sujets âgés ?

Nous pourrions effectivement envisager cette technique pour stimuler les neurones installés de sujets âgés sachant que l’amélioration des performances cognitives est encore possible dans un environnement stimulant.

Peut-on parler de première mondiale en cas de tests cliniques positifs ?

C’est encore trop tôt pour le dire! Mais il est vrai que nos travaux donnent lieu à un intérêt accru de la communauté scientifique, pour preuve notre prochaine intervention au symposium Expérimental Biology en juin prochain à Orlando. Nous avons également engagé des processus de collaboration avec des chercheurs de ma connaissance à Taïwan et dans les universités de Floride et Pennsylvanie.


Que pouvez-vous financer avec le prix qui vous est aujourd’hui décerné ?

Grâce à ce prix, nous allons pouvoir financer les animaux et leur hébergement au sein de l’Animalerie 2CARE de l’UFR des Sciences de la Santé, les consommables du poste d’électrophysiologie/chirurgie, les réactifs histochimie et immunomarquage ainsi qu’une plateforme CYMAGES pour analyser les résultats par microscopie confocale. L’autre partie du budget sera affectée aux milieux de culture pour explants d’axones au sein du laboratoire P2 de cultures cellulaires mais également aux réactifs pour examen d’oxymétrie.

La Fondation Medisite vous donne RDV ce soir pour la remise des prix lors de la Soirée de la Recherche Médicale sous l’egide de la Fondation de France.

Laissez un message

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This Campaign has ended. No more pledges can be made.